15 juillet 2017

/ Étranges Étrangers

Un atelier de gravure a été proposé par Olivier Deprez

Le 16 juillet 2017

Se sont retrouvés au Chapiteau …
des réfugiés soudanais du Vigan en passe d’être renvoyés contre leur gré en Italie
et leurs amis et soutiens cévenols à la veille d’un voyage de contact avec leurs homologues italiens

Qu’avec ses outils il agisse, fasse bouger les lignes, les limites, sache se montrer irrespectueux des dures frontières, voilà le minimum que l’on puisse exiger d’un artiste. Sa mission est avant tout de dessiner les contours oui, mais de notre humanité

Migrants, Calais … rester mou, rester flou c’est simplement se sortir soi-même de cette humanité
Nous, artistes, ne pouvons à la fois être dedans et dehors, avancer et reculer

Résister. L’accueil des camisards, des maquisards, des Espagnols, des Marocains, des Syriens et des Soudanais fait désormais partie de l’identité de ce territoire cévenol qui a toujours su ce que veut dire manquer du nécessaire

Il cultive plus volontiers que d’autres les valeurs d’un élémentaire “vivre ensemble” opposables au terrible entresoi et son repli décadent et mortifère
C’est simplement de l’intérêt bien compris

Ces personnes que nous recevons ne se définissent pas comme migrants mais, comme nous, plombier, avocat, clarinettiste, agriculteur ou chanteur de charme

Ils aspirent simplement à le redevenir et vont toujours et toujours de l’avant, quoi qu’il arrive. Ils ont cette formidable énergie vitale, c’est ce que nous ressentons immédiatement et nous voulons cela

Nous avons besoin de cette énergie